Catégories du blog

DuoDay : Une journée avec Yann, co-fondateur du Café Joyeux

Published : 23/11/2022 - Categories : Actus Handicap
DuoDay : Une journée avec Yann, co-fondateur du Café Joyeux

Une rencontre joyeuse dans le cadre du DuoDay

Thomas Gasselin, étudiant à l'emlyon business school, nous raconte sa journée DuoDay avec Yann, co-fondateur de Café Joyeux :

Mercredi 16 février 2022, 11h, je reçois un appel d’un numéro inconnu. Sophie des Cafés Joyeux me demande si je suis disponible demain. « Oui » dis-je. Elle me demande ensuite si je souhaite passer une journée avec Yann dans le cadre du DuoDay. « Oui » dis-je à nouveau avec un grand enthousiasme. À ce moment-là je suis loin de me douter ce que me feront vivre ces deux « Oui » si ignorants.

24h plus tard je me retrouve dans l’hôtel de Matignon, là où travaille la Première ministre. Avant l’arrivée de Yann, je rencontre pour la première fois dans la cour de Matignon les équipes joyeuses. Je me rends compte à ce moment-là qu’on ne les surnomme pas « joyeuses » pour rien. Ils ont tous le sourire qui remonte jusqu’aux yeux. Ils ont tous beaucoup de travail mais ne lâchent jamais ce beau sourire. J’ai alors une seule certitude, ils sont (très) contents d’être là.

Je ne me retrouve pas (seulement) à Matignon pour la beauté des lieux. En plus de passer la journée avec Yann, je vais déjeuner avec la plupart des ministres qui se réunissent tous à l’occasion du DuoDay. Ce repas sera servi par les équipes de Café Joyeux. La première dame sera même là !

Avant ce fameux déjeuner, j’ai un peu le temps de discuté avec des personnes en situation de handicap qui accompagnent des ministres pendant la journée. C’est toujours passionnant de discuter avec des personnes qui ont des handicaps différents.

Chaque handicap est unique, mais finalement les problématiques sont les mêmes.

Pas le temps de trop blablater, la Première ministre et la Première dame arrivent pour notre premier déjeuner à Matignon. Je découvre que je suis assis à côté du ministre de la Fonction publique. Quelle chance pour moi qui souhaite tenter les concours administratifs !

Nous échangeons longuement sur l’accessibilité de la fonction publique. Le repas est excellent, tout comme les discussions. Nous sommes dans un cadre agréable et apaisé, ce qui permet aux ministres présents de parler franchement et d’avoir des discussions humaines.

L’heure file et on me souffle dans l’oreille qu’il faut que je saute dans un taxi avec Yann pour une interview à Europe 1. J’arrive dans le taxi avant Yann, et je me rends vite compte que pour la première fois de la journée, on m’a menti. Ce n’est pas un taxi, mais une voiture de police, mise à disposition par le ministère exceptionnellement, qui va nous faire traverser Paris à toute vitesse, gyrophares hurlants.

À ce moment-là, j’ai vraiment l’impression de me retrouver immergé dans la vie de Yann et l’aventure de Café Joyeux. Non pas parce que nous nous retrouvons exceptionnellement dans une voiture de police, là où Yann est plus habitué au vélo, mais, car tout va très vite. J’ai l’impression que Yann me fait vivre une métaphore de la création de Café Joyeux.

Tout comme la voiture qui fonce dans Paris, évitant les obstacles, l’équipe de Café Joyeux a su surmonter rapidement l’obstacle du handicap pour donner la chance à des personnes en situation de handicap de travailler. Tout comme la voiture de police qui attire les regards des passants, Café Joyeux attirent le regard par leur jaune vif et la différence des équipes.

Retour à la réalité. Arrivés dans les locaux d’Europe 1, nous courons dans le studio d’enregistrement comme nous sommes très en retard. On me propose de participer à l’émission. Encore une fois je dis « Oui ». L’émission La France Bouge animée par Élisabeth Assayag présente des entrepreneurs qui font bouger les lignes.

Yann raconte magnifiquement bien l’histoire de Café Joyeux. Ce n’est pas que les cafés qui sont joyeux, mais tout le monde que Yann côtoie. Elisabeth Assayag me donne la parole donc j’en profite aussi pour faire passer quelques messages qui me sont chers. Je rappelle, par exemple, que le handicap dépend non pas de la personne, mais de l’environnement qui l’entoure. Cette émission donne l’opportunité de prendre le temps et de vraiment réfléchir aux enjeux de l’emploi des personnes en situation de handicap.

Pour finir la journée, nous nous rendons au Café Joyeux Olympia. Ce qui m’a frappé en premier est la chaleur du café. Non pas la température (même si un peu de chaleur fait du bien dans le froid parisien), mais la chaleur humaine. Les équipiers, les managers, les clients, bref tout le monde est joyeux d’être là. Quand on rentre dans ce café, on a vraiment envie d’y rester avec un thé chaud en regardant la pluie tombée à l’extérieur.

La discussion avec Yann va de bon train. Je comprends qu’avant d’être un lieu qui permet à des personnes en situation de handicap de travailler, Café Joyeux c'est aussi une entreprise avec les problématiques « classiques » d’une entreprise.

Finalement, Café Joyeux nous incite à repenser notre façon de consommer et d’interagir avec ceux qui nous entourent. Nous ne venons pas seulement dans un Café Joyeux pour boire un café mais pour partager une expérience unique.

Jean d’Ormesson disait « tout le bonheur du monde est dans l’inattendu ». Alors si j’ignore la définition exacte du bonheur, je sais que cette journée inattendue m’a rendu joyeux.

Je remercie Yann, Edwige et toute l’équipe joyeuse pour m’avoir fait vivre cette folle journée.